Armes et armements > France > Bloch MB. 150-157

Le Bloch MB. 150 est une réponse à la demande d'un chasseur moderne faite par le ministère de l'Air en 1934. Il est présenté au concours de chasseurs de l'Armée de l'air en juillet 1934. Il se présente comme un avion d'allure moderne, avec une aile basse, un train rétractable, un cockpit fermé et une construction entièrement métallique. Le Morane-Saulnier MS. 405 est finalement sélectionné, mais Bloch persévère. Le 17 juillet 1936, le prototype se montre incapable de prendre l'air. Revu et corrigé, il vole pour la première fois le 4 mai 1937. De nouvelles modifications et améliorations en font un avion intéressant. Au début de 1938, le MB 150 est retenu en même temps que le Morane-Saulnier MS. 406 pour le rééquipement accéléré des unités de chasse françaises. Le MB. 150 est modifié afin de faciliter la fabrication. De ce fait, le type de série désigné MB. 151 ne peut voler avant le 18 août 1938. Propulsé par un moteur en étoile Gnome & Rhône 14 N35, l'avion est produit en série limitée car une version plus puissante est à l'étude.

Équipé d'un moteur de 1030 ch, le nouveau MB. 152 vole en décembre 1938. Malheureusement, les livraisons à l'Armée de l'air sont ralenties par de nombreux problèmes tels que le manque d'hélices et de collimateurs. D'incessants problèmes de refroidissement obligent les ingénieurs à redessiner le capot moteur et cette difficulté freine encore les cadences de production. Les premiers avions sont livrés incomplets (capot moteur de type transitoire, viseur de tir non monté, ...). Il est par conséquent impossible d’utiliser ces appareils en opérations et, au 1er septembre 1939, deux jours avant l’entrée en guerre de la France, seule la 1ère escadrille du Groupe de Chasse GC I/1 possède des appareils aptes au combat.

Au moment de la déclaration de guerre de la France à l'Allemagne, 249 MB. 151 et 152 sont sortis des chaînes de montage. À la date du 10 mai 1940, jour du déclenchement de l'offensive allemande contre la France, neuf groupes de l'Armée de l'air et deux de l'aéronavale sont équipés de MB. 151 et MB.152. Engagé au combat, le MB.152 se montre nettement surclassé par les chasseurs allemands. Il est désavantagé par son rayon d'action limité, le manque de puissance de son moteur et sa manœuvrabilité réduite en altitude. Le MB. 152 est cependant un appareil très robuste capable d'encaisser les coups sans dommage important. Il constitue, selon ses utilisateurs, une plate-forme de tir très stable et peut rapidement atteindre de hautes vitesses en piqué. Ses pilotes ne manquent pas de courage et parviennent à abattre 135 avions ennemis pour la perte de 94 d'entre eux. Plus de 600 MB.151 et MB.152 sont produits jusqu'à l'Armistice en juin 1940.

Après la défaite de la France, les MB. 152 continuent de voler aux couleurs de l'armée de Vichy. De nouveaux développements mènent au bien meilleur MB. 155 qui entre en service en petit nombre à l'été 1940 dans l'Armée de Vichy dont les avions sont saisis par les Allemands fin 1942. Un type dérivé plus puissant, le MB. 157, qui vole sous contrôle allemand, dépasse 700 km/h, mais le prototype, démonté pour étude, est détruit lors d'un bombardement.

Profils couleur

Spécifications techniques

Bloch MB. 152C.1
Envergure 10,55 m
Longueur 9,10 m
Équipage 1 pilote
Poids en charge 2 680 kg
Motorisation 1 Gnome & Rhône 14N9 à pistons en étoile de 1060 ch
Vitesse maximale 515 km/h à 4000 m
Rayon d'action 600 km
Plafond pratique 10 000 m
Armement 4 mitrailleuses de 7,5 mm ou 2 mitrailleuses et 2 canons de 20 mm dans la voilure
  • Partager
  • Partager via Facebook
  • Partager via Twitter
  • Partager via Google

Partager

  • Partager via Facebook
  • Partager via Twitter
  • Partager via Google
RETROUVEZ-NOUS SUR :